Ciaran : les assureurs pleinement mobilisés pour faire face aux conséquences de la tempête

Mis à jour le 10/11/2023

La tempête Ciaran a touché une partie du territoire national avec des rafales de vent autour de 200 km/h près des côtes bretonnes et normandes et des vagues dépassant les 11 mètres de haut.

Cette tempête d’une intensité exceptionnelle a malheureusement causé plusieurs décès en France et en Europe et de nombreux blessés. Les assureurs s’associent à la douleur des proches des victimes et appellent nos concitoyens à la plus grande prudence. De nombreux dégâts sont également à déplorer : plusieurs centaines de chutes d’arbres ont été relevées, des coupures d’électricité touchent de très nombreux foyers et des centaines de personnes ont dû être évacuées.

Ce phénomène de dépression très creuse, nommé « bombe météorologique », est similaire à celui observé en 1999 lors des tempêtes Lothar et Martin qui avaient balayé l’ensemble de l’Hexagone, dont le coût total avait atteint en euros constants 13,8 milliards d’euros.

S’il est trop tôt pour estimer le nombre et le coût des sinistres, les assureurs sont déjà pleinement mobilisés pour accompagner leurs assurés touchés par la tempête Ciaran. Depuis plusieurs jours, les autorités publiques et les assureurs avec leur association Assurance Prévention ont multiplié les messages de prévention pour anticiper le mieux possible cette tempête et pour rappeler à nos concitoyens les bons comportements à adopter pour se mettre en sécurité et protéger leur foyer.

Au vu des circonstances exceptionnelles et afin d’accompagner au mieux les sinistrés, les assureurs étendent au-delà du délai habituel la période de déclaration des sinistres jusqu’au 1 er décembre 2023, soit 30 jours après le passage de la tempête. La profession s’engage à tout mettre en œuvre pour faciliter les démarches des assurés, pour accélérer les procédures d’indemnisation et répondre le plus rapidement possible à leurs besoins

Retrouvez en bas de cet article le communiqué de presse de France Assureurs.