INONDATIONS

Connaissance des inondations dans les Côtes-d'Armor

 
 
Les inondations constituent des évènements pouvant provoquer de graves désordres pour les constructions et les installations mais également pour la vie de la population et la continuité de l'activité économique.

Les inondations constituent des évènements pouvant provoquer de graves désordres pour les constructions et les installations mais également pour la vie de la population et la continuité de l’activité économique.

Ainsi, à la suite des tempêtes Alex et Bella, de nombreuses communes des Côtes-d’Armor ont été touchées par des inondations et des coulées de boues et une vingtaine d’entre elles ont fait l’objet d’un arrêté de Catastrophe Naturelle.

Si l’ampleur de ces phénomènes est souvent surprenante, ils ne sont pas nouveaux et sont pour beaucoup prévisibles et peuvent être simulés par des modèles informatiques. La consultation des archives des communes ou les échanges avec les habitants montrent qu’il existe une mémoire des évènements passés. Les mouvements de population et l’intervalle de temps qui peut s’écouler entre deux évènements rendent cette mémoire fragile et l’étendue du territoire concerné peut morceler cette mémoire. De plus, les traces des inondations sont éphémères.

Il importe donc de pouvoir recueillir et de centraliser les informations de terrain relatives à ces inondations rapidement.

Où peut-on trouver des informations sur les inondations passées ?

La Base de Données Historiques sur les Inondations (BDHI).

Il existe déjà des dispositifs permettant de consulter certains évènements passés remarquables. Ainsi la Base de Données Historiques sur les Inondations (BDHI) recense et décrit les phénomènes remarquables suffisamment documentés d’inondations dommageables d'origine fluviale, marine, lacustre et autres, survenus sur le territoire français (métropole et départements d'outre-mer) au cours des siècles passés et jusqu’à aujourd’hui.

Pour les Côtes-d’Armor, la BDHI contient 9 fiches de synthèse concernant des inondations, les plus anciennes datant du 18ᵉ siècle et les plus récentes correspondant aux orages de l’hiver 2013-2014.

La Plateforme collaborative des repères de crues.

Mise en place par Vigicrues, la Plateforme collaborative des repères de crues a pour but de recenser l'ensemble des repères de crues sur le territoire français, quelle qu'en soit leur nature. Elle fonctionne par « crowd sourcing ». Elle permet à chacun de consulter les données et également de contribuer au recensement pour apporter sa propre connaissance. Actuellement, 128 sites et repères de crue sont référencés en Côtes-d’Armor.

Comment faire partager ses observations et participer à améliorer la connaissance des crues et pourquoi?

Contribuer à l’enrichissement de cette plateforme est possible pour tout à chacun et relativement simple, en suivant un protocole établi par la DREAL. Le contributeur doit au préalable s’inscrire sur la plateforme pour ensuite déposer ses contributions, sous forme de photos datées et géo-référencées, accompagnées de quelques informations. Obtenir de telles photos est simple de nos jours car c’est une option offerte par la plupart des téléphones portables, en général munis de GPS.

Les contributions sont ensuite examinées et validées par des « validateurs », qui assurent ainsi que les informations publiées sur cette plateforme sont pertinentes et légales.

La richesse de cette plateforme est primordiale pour mieux prévenir les inondations, car elle permet d’une part de s’appuyer sur l’expérience d’évènements similaires pour anticiper les conséquences attendues et y pallier et d’autre part de calibrer les modèles informatiques de simulations des crues. Il est ainsi possible de vérifier la justesse d’un modèle

 ZIP en Côtes d’Armor

Dans le département des Côtes-d’Armor, plusieurs tronçons de cours d’eau sont surveillés par Vigicrues. Autour de ces tronçons, et afin de mieux appréhender les risques d’inondation qui leur sont associés, il est prévu de réaliser une cartographie des Zones d’Inondations Potentielles, ou ZIP.

Ainsi, la ZIP du secteur urbanisé de JUGON-LES-LACS sera réalisée au 1er trimestre 2021et la ZIP du Trieux sur GUINGAMP au cours de l’année 2021.

Le secteur de LAMBALLE-ARMOR devrait lui être traité en 2022. Ces ZIP seront diffusées aux collectivités et à terme, seront consultables sur le site Vigicrue.

Qu’est-ce que les ZIP ?

Les ZIP comportent différentes cartes qui permettent de mieux connaître le risque de crue sur les secteurs qu’elles couvrent. On y trouve notamment l’enveloppe des crues extrêmes, les zones inondées par classe de hauteur d’eau (ZICH) ainsi que les lignes d’altitudes de la surface d’eau (LIC).

Comment sont-elles réalisées ?

La reconstitution de l’emprise des crues maximales s’appuie à la fois sur des données historiques et sur des simulations informatiques produites par des modèles hydrauliques.

Les ZICH, comme les lignes d’altitude de la surface d’eau, sont obtenues grâce à la simulation informatique.

Le modè le utilisé doit être calé sur les évènements réels, c’est-à-dire que ses différents paramètres doivent être choisis pour qu’il puisse reconstituer fidèlement les crues passées. Les repères de crues et laisses de crues répertoriés, notamment sur la plateforme collaborative des repères de crues, jouent donc un rôle crucial dans l’élaboration des modèles, d’où l’importance d’enrichir régulièrement cette plateforme.

Liens utiles :

https://bdhi.developpement-durable.gouv.fr/welcome

https://www.reperesdecrues.developpement-durable.gouv.fr/reperes-de-crues

https://www.vigicrues.gouv.fr/

Contact :

rdi.ddtm-22@equipement-agriculture.gouv.fr