Méthanisation agricole

 
Méthanisation agricole

La méthanisation à la ferme permet de produire un biogaz issu de la fermentation des déchets, des effluents d’élevages, des résidus de cultures. Ce gaz est utilisé pour produire de la chaleur, de l’électricité et pour faire fonctionner des véhicules.

Cette technologie contribue à réduire la dépendance énergétique de la France et à atteindre ses objectifs de développement des énergies renouvelables. C'est aussi une véritable opportunité au niveau local, notamment pour les agriculteurs ou les collectivités.

La programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) issue du décret du 21 avril 2020, fixe des objectifs de production d’énergie à partir du biogaz notamment issu des procédés de méthanisation.

La PPE fixe des objectifs nationaux de puissance installée pour la filière méthanisation :
en 2023 : 270 MW ;
en 2030 : de 340 MW à 410 MW.

Elle fixe également des objectifs nationaux de production dédiée à l’injection :
en 2023 : 6000 GWh ;
en 2030 : de 14 000 GWh à 22 000 GWh.

Au niveau national, le gisement global mobilisable à l’horizon 2030 pour la méthanisation a été évalué à 56 TWh d’énergie primaire en production de biogaz, composé à 90 % de matières agricoles. À l’échelle de la Bretagne, ce gisement a été évalué à 3,8 TWh d’énergie primaire.

La valorisation de la biomasse par la méthanisation constitue donc un potentiel important de développement de l’énergie renouvelable en Bretagne.

Dans le prolongement du Pacte électrique breton adopté en décembre 2010, le Pacte biogazier breton signé en 2019 par l’État, la Région, l’Ademe, GRDF, GRTgaz et du Pôle Énergie Bretagne a pour objectif de donner toute sa place au gaz, et en particulier au gaz renouvelable, dans le mix énergétique breton afin d’accélérer la transition énergétique de la Bretagne et réduire les émissions de gaz à effet de serre (cf. document 01 ci-dessous).

Le SRADDET (Schéma Régional d'Aménagement, de Développement Durable et d’Égalité des Territoires) fixe un objectif de multiplier par dix la production de biogaz d’ici 2040.